Author Topic: How eating cooked foods SHOULD have selected peacemakers (but failed ...)  (Read 1163 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline Ungullible

  • Trapper
  • **
  • Posts: 72
  • Country: fr
  • Gender: Male
    • View Profile
Sorry for using french language. No time to translate. Just quoting old stuff found on the Net. Some of you might have heard about this story.

QUOTE
Une colonie de babouins du Kenya a permis de constater qu’il est bien difficile de séparer sélection naturelle à la Darwin et transmission culturelle. Des zoologues ont rapporté en 1996 qu’il régnait dans cette colonie un étonnant climat pacifiste. Les mâles se battent seulement d’égal à égal ; les mâles dominants s’accrochent moins à leurs prérogatives et les femelles sont moins souvent agressées. Ce climat ne peut pas être dû à une spécificité génétique : les mouvements de babouins étant continuels entre les colonies, tous les individus de la troupe sont régulièrement remplacés par de nouveaux venus.

Toujours est-il que ce comportement remonte à 1980, lorsqu’un dépôt d’ordures fut abandonné à proximité d’un campement de touristes de la réserve Masaï. Certains animaux vinrent s’y alimenter. Or ces ordures étaient infectées par le bacille de la tuberculose, et tous les babouins qui s’en nourrirent décédèrent. Cependant, à cause de la compétition que se livrent les animaux pour la quête de nourriture, seuls les babouins les plus agressifs avaient ingéré ces aliments intoxiqués et y ont succombé, tandis ce que les moins belliqueux ont survécu. Les scientifiques n’ont pas encore élucidé comment les babouins déjà installés apprennent aujourd’hui aux nouveaux arrivants à se comporter comme eux, toujours est-il que le trait de comportement pacifiste se transmet désormais au fil des générations.

UNQUOTE

PS : food remains were not "infected" by tuberculosis :  baboons  became prone to tuberculosis by eating cooked foods.

Another reference to the same story found elsewhere :

Et il y a cette histoire d'un chercheur qui travaillait sur des babouins (ce qu'il y a de plus compétitif-hiérarchisé): tous les alphas males et femelles de la tribu qu'il étudiait ont été empoisonnés en faisant les poubelles d'un resto (ce sont les alphas qui se servent les premiers...). Résultat: les survivants, les "inférieurs" sont passés au mode coopératif, non hiérarchisé et non compétitif.
Le plus fort, c'est que ça a perduré entre générations: les babouins jeunes adultes partent se trouver une autre tribu; ceux qui arrivaient dans celle-là essayaient le mode "compétitif", mais comme les autres se contentaient de les éviter ils étaient "rééduqués" en quelques mois et passaient au coopératif.

"De tous les animaux, l'homme est celui qui se sert le moins de son instinct ; et pourtant c'est celui qui est le plus malade" (  un doyen de la Faculté de Médecine de Paris, un demi-siècle avant la naissance de Sarkozy )